La méthode

Accompagnement individualisé : expérience et approche éthologique en douceur dans le milieu du cheval.

Équi-soin est une autre approche du soin par le contact avec le cheval.

Le cheval, imposant par sa taille et sa force physique, est aussi doté d’une grande sensibilité émotionnelle et intuitive. Sociable, il est doux au toucher (similarité avec le développement de l’enfant par le contact avec la mère), ce qui donne au cheval cette fonction communicationnelle.

 

À QUI S’ADRESSE CETTE MÉTHODE

À toute personne à la recherche d’un mieux-être. Je vous propose différentes approches pour améliorer votre situation personnelle.
– Contribuer à l’amélioration de la gestion du stress, notamment dans ces domaines :
  • Affectif (divorce, famille, veuvage…) afin de bien repartir, de se projeter positivement dans l’avenir,
  • Scolaire (préparatif aux contrôles, prise de parole, acceptation des notes…)
  • Professionnel (hiérarchie problématique, atteintes d’objectifs, positionnement dans une équipe…)
  • Santé (mieux appréhender une maladie nécessitant des hospitalisations et ou prise de traitement lourd)
– Face à des difficultés dans la période de l’adolescence : scolaire, comportemental, dérives, relations familiales sous toutes formes…
– Lors de passage de vies difficiles : chômage, séparation, isolement (notamment à la retraite…)

 

LE SOIN

Le travail proposé est un soin fondé sur la présence du cheval comme médiateur thérapeutique. Il est dispensé à une personne dans ses dimensions psychiques et corporelles : ce n’est ni une pratique sportive, ni une activité de loisir, mais véritablement un soin basé sur la présence du cheval comme incitateur et facilitateur.
Il s’adresse aux enfants à partir de 4 ans, aux adolescents et aux adultes sans limite d’âge.
Dans un premier temps, le cheval agit par sa simple présence, comme un stimulateur de tous les sens.
Ensuite vient le toucher, si important dans les rapports humains et particulièrement inhibé en Occident. Le sens du toucher a plusieurs fonctions :
  • Une fonction d’identification (différencier soi et l’autre),
  • Une fonction affective : création des liens,
  • Une fonction d’exploration : toucher pour prendre connaissance,
  • Une fonction de manipulation : nos mains fonctionnent en permanence puisque c’est notre moyen de préhension privilégié.
Dans un monde où les repères et les ancrages disparaissent, notamment les ancrages à la Terre, la présence du cheval, animal herbivore grégaire très proche de la nature et en même temps très proche de l’homme, permet de reprendre contact avec la terre et le vivant.
Contrairement à une relation entre deux personnes, on ne peut pas se dérober ni se cacher avec un cheval : avec cette capacité à être notre miroir, il lit en nous nos émotions, nos ressentis, nos sentiments.
Par un médiateur comme le cheval, on détourne les peurs, les angoisses en créant une envie, du plaisir, des sensations.
Quant à la personne porteuse d’une difficulté handicapante, elle raisonne souvent de façon intuitive, tout comme le cheval. Une communication peut ainsi naître naturellement. Il m’est alors possible de vous aider à mettre en mots ce moment de communication. Par ce processus, l’équilibre et la communication sont améliorés dans le quotidien.

 

 

DÉTAIL DE MA MÉTHODE

1/ Prise de contact
Elle commence par l’observation des chevaux dans leur milieu naturel : à quoi passent-ils leur temps ? Qu’est ce qu’ils mangent ? Pourquoi sont-ils ensemble ? Comment communiquent-ils entre eux ?
2/ Une approche à pied
Dans un périmètre bien délimité, le cheval est en liberté, libre de ses mouvements. Il s’agit d’observer son comportement et de le commenter, et aussi d’aller à sa rencontre, de l’inviter à venir vers nous, à nous suivre, de lui parler et de l’écouter, le toucher.
La relation s’établit sans contrainte, tout en demandant une forte implication et de la concentration de la part de la personne en soin. Cela nécessite le respect d’un certain nombre de règles, de codes expliqués au préalable (par exemple : on ne passe pas sous le cheval, on évite les cris…)
On touche le cheval avec la main, le visage, la tête, le corps ; on sent son souffle, son odeur, sa chaleur et sa douceur… Les peurs s’estompent.
3/ Le pansage (toilettage du cheval)
Ce soin porté à l’animal permet une relation codée, progressive et douce. Il permet d’approcher un corps différent, de l’appréhender dans sa globalité. L’accent est mis sur le soin, la communication, la présence active, la motricité (globale et fine), l’enchainement des séquences, l’apprentissage des gestes et du vocabulaire, l’appréhension du schéma corporel, de la latéralisation… Tous les sens sont en éveil.
4/ Le travail ludique à pied avec le cheval : l’instauration d’un dialogue
Dans un espace délimité, mise en place de jeux avec différents objets, respect des consignes, écoute et respect de l’autre (cheval) et expérimentation de la fonction de guide.
Ces exercices où le cheval est tenu ou en liberté mettent en lumière les difficultés relationnelles, les difficultés à s’affirmer… et par là même permettent leur dépassement, en acquérant une plus grande confiance en soi.
5/ La monte à cheval
Monter sur le cheval à cru ou avec une selle, c’est retrouver le plaisir d’être porté, bercé par le rythme lent et régulier du pas du cheval. Cela permet une stimulation douce de tous les muscles et amène vers le redressement postural. Le corps devient plus léger, stimulé par la recherche de l’équilibre.
Portée par le cheval, la personne relâche progressivement toutes ses tensions, pouvant même aller jusqu’à s’endormir, étant bien entendu tenue.
Ou encore, je pense à ce petit garçon sur le poney, totalement relâché, les yeux fermés, la respiration calme, les jambes tombantes le long du flanc du poney, s’endormant jusqu’à pouvoir s’allonger et sentir cette chaleur. Ce bien-être ressenti et inscrit dans les cellules peut être utilisé dans la vie de tous les jours, chaque fois qu’il y a nécessité.
Par ailleurs, la position haute sur un cheval offre un changement de point de vue sur ce qui nous entoure : une autre possibilité d’appréhender l’espace, et la sensation de maîtriser une partie de son environnement.
6/ Le soin après la séance
Ce soin en fin de séance est tout aussi important que celui du début.
Il permet d’approcher l’animal avec un autre regard, de donner la récompense, le remerciement : le brosser, le doucher, le nourrir.
Ce temps passé apporte à la personne en recherche de mieux-être un épanouissement et vient conclure la séance sur une note de bien-être réciproque.
À chaque phase, il est important d’observer ce qui se joue, ce que renvoie le cheval : comment est vécu l’instant par la personne ? et par le cheval ? Comment se noue et se dénoue la relation ?
Outre le plaisir d’être sur le cheval, le travail est centré sur la communication avec les chevaux, leur sociabilité, leurs émotions et leur langage : l’objectif est d’instaurer un vrai dialogue.
Équi-soin est une marque enregistrée à l’INPI.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Print this pageEmail this to someone